Avant toi | Jojo Moyes

Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Voilà un roman qui ne m’a pas laissée indifférente ! J’ai regardé le film il y a quelques années, et je l’avais beaucoup aimé. Alors j’avais peur d’être un peu déçue par le livre, de le trouver trop culcul… Finalement pas du tout ! Les deux ont leur propre « quelque chose » : différents, mais aussi touchants l’un que l’autre.

L’histoire en elle-même ne sort pas des sentiers battus, mais l’autrice la traite avec beaucoup d’humanité et de sensibilité. Le style d’écriture, ou en tous cas sa traduction, est très abordable, et pourtant elle nous transporte. J’ai pu m’attacher aux personnages de Lou, de Will, de leurs parents respectifs. L’histoire entre Lou et Will est belle, à la fois simple et torturée, compte tenue de la situation (ou plutôt de l’impasse) dans laquelle ils sont. L’espoir de Lou de pouvoir faire changer cet homme d’avis sur sa décision dont les conséquences seraient irréversibles est candide mais tellement humain. La famille de Lou a son charme : loin d’être parfaite, elle ressemblerait un peu à la mienne, en plus petite ! Les relations entre Lou, ses parents, sa sœur et son neveu sont hyper riches et émouvantes. Par contre, vous vous en doutez, je n’ai pas pu souffrir le fameux Patrick. Je ne sais absolument pas ce que Lou lui trouvait, même si je conçois qu’on puisse rester avec une personne par confort. Pari gagné pour Jojo Moyes : je l’ai détesté !! Les personnages secondaires sont globalement bien menés. Du côté de la famille de Will, on est sur beaucoup de retenue. Peut-être la différence de milieu social intervient-il là dedans, ainsi que l’incompréhension et la détresse de ces parents qui vont bientôt probablement perdre leur enfant. Je ne sais absolument pas comment je réagirais moi-même face à cette situation, et c’est là une bonne réflexion à laquelle le livre mène, même si, plusieurs mois après l’avoir lu, je n’ai pas d’élément de réponse définitive et tranché. Ce n’est pas le premier livre à aborder la question du droit à la dignité dans la mort, et plus que ça, le droit de prendre la décision de mourir et à être accompagné dans cette démarche. Mais cette question fondamentale, je trouve que l’autrice l’aborde avec intelligence et brio. De même pour les difficultés que rencontrent tous les jours les personnes en situation de handicap, et le manque d’adaptation des infrastructures les plus simples.

Ce fut un très bon moment, émouvant et plein de dignité (enfin pas de ma part *larmes/morve/reniflage*). Je pense lire en 2021 Après toi, la suite. J’ai envie de retrouver le monde de Jojo Moyes et de découvrir la vie de Lou après la tornade Will…

Ma note : 16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :