Les Maîtres Enlumineurs, tome 1 | Robert Jackson BENNETT

Toute l’économie de l’opulente cité de Tevanne repose sur une puissante magie : l’enluminure. À l’aide de sceaux complexes, les maîtres enlumineurs donnent aux objets des pouvoirs insoupçonnés et contournent les lois de la physique. Sancia Grado est une jeune voleuse qui a le don de revivre le passé des objets et d’écouter chuchoter leurs enluminures. Engagée par une des grandes familles de la cité pour dérober une étrange clé dans un entrepôt sous très haute surveillance, elle ignore que cet artefact a le pouvoir de changer l’enluminure à jamais : quiconque entrera en sa possession pourra mettre Tevanne à genoux. Poursuivie par un adversaire implacable, Sancia n’aura d’autre choix que de se trouver des alliés.

En premier lieu je tiens à remercier infiniment les éditions Albin Michel Imaginaire pour l’envoi de ce livre ! Quoi de mieux quand en plus, c’est un véritable coup de cœur… Oups, spoiler !!

Ce premier tome est un livre bien plus complexe que ne le laisse entendre le résumé. En plus de permettre une présentation complète et alléchante du système politique et économique de Tevanne, dirigé par 4 grandes familles opulentes laissant le reste de la population dans la misère la plus totale, il donne au lecteur les grandes lignes (et aussi les toutes petites) du système de « magie » que l’auteur a développé. C’est une ancienne magie très puissante (oubliée après une guerre monstrueuse puis redécouverte en partie quelques décennies plus tôt) et en même temps, le terme de « magie » me turlupine puisque c’est la résultante de l’alliance de sciences physiques et de paléographie. En effet, il suffit de maîtriser au moins en partie les anciennes écritures des hiérophantes, sortes d’anciens Dieux déchus, et de les appliquer dans un ordre bien précis à un objet pour que celui-ci soit persuadé d’être autre chose que ce qu’il est. Ainsi sont les enluminures… Par exemple : certaines enluminures appliquées sur une épée vont persuader celle-ci que sa force d’inertie est bien supérieure à la réalité, ce qui lui permettra d’attaquer avec beaucoup plus de force son adversaire, même si son propriétaire ne donne qu’un faible coup. Ou encore, appliquées à une serrure, elles persuadent la-dite serrure qu’elle ne peut être ouverte que par une clef en particulier ; ainsi, il est impossible de la crocheter…

Impossible, SAUF si on est Sancia. Enfin pas vraiment. Sancia est la jeune voleuse que le lecteur suit dès le début du livre. C’est une jeune fille particulière, isolée, cynique et brisée… enluminée. Sa particularité lui permet d’entendre les objets enluminés autour d’elle et surtout, par simple contact, de « voir » les objets alentours et leur passé. Il lui suffit d’appliquer sa main nue sur un mur pour en déceler tous les secrets : prises pour l’escalader, portes dissimulées, ce qui se trouve de l’autre côté… Un talent particulièrement puisque les serrures lui communiquent elles-mêmes leurs points faibles. Mais un talent qui n’est pas sans conséquences puisque de violentes migraines l’accaparent dès qu’elle force un peu trop sur son talent.

Grâce à ces dispositions particulières, elle est immanquablement très douée pour le vol. Son envie de s’échapper de sa condition misérable la pousse un jour à accepter une mission bien dangereuse mais extrêmement bien payée. Il lui suffit de dérober une petite boite bien gardée sur le front de mer… Hélas, si elle réussit sa mission, tout ne se passe pas comme prévu, et le front de mer est dévasté par les flammes, ce qui entraîne une enquête et le début de ses soucis… Car dans la petite boîte, elle découvre un objet d’une valeur inestimable. Une clef : Clef… avec qui elle arrive à communiquer, et surtout qui peut ouvrir n’importe quoi, même les serrures enluminées les plus solides… De quoi titiller la convoitise de toutes les grandes maisons dirigeantes de la ville !

Au fil de ses aventures haletantes, Sancia sera amenée à côtoyer des personnages que j’ai trouvé bien construits et ultra intéressants, chacun avec ses forces et ses fêlures. Des bas-fond de Tevanne, Sancia sera amenée à rencontrer et à travailler avec des représentants important du camp Dandolo, l’une des maisons fondatrices de la ville. Gregor, e me suis attachée à Clef et à la relation que celle-ci noue avec la voleuse. De manière plus large, le monde construit par RJ Bennett est largement inspiré de l’univers italien, que ce soit la ville de Tevanne comme capitale d’inspiration renaissance dirigée par de grandes familles, ou les noms à la connotation méditerranéenne. Son univers mi fantasy mi steampunk m’a convaincu, grâce à sa complexité bien dosée. Le système d’enluminure qu’il a créé est extrêmement bien pensé et fonctionne de fou ! L’auteur prend son temps et en même temps, j’ai eu l’impression d’une cascade d’aventures dangereuses aux enjeux inestimables.

Bref, un monde riche, complexe et original, une idée de base unique, des personnages profonds et des aventures palpitantes, le tout dans une atmosphère sombre et étouffante… j’adore !!!

Ma note : 17/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :